France et Europe à vélo

31 août 2017

Retour à la civilisation!

                 Salut à toutes et tous

Tout d'abord, un grand merci à tous mes suiveurs. Le sauvage que j'aime être de temps en temps est de retour parmi les siens.

Je ne réalise pas encore. Ce périple était sans doute le plus dur de tous, mais je m'y étais préparé. Je savais donc à quoi m'attendre

Je remercie également le ciel de m'avoir préservé de l'accident, de l'agression, de la panne mécanique, et de me laisser la santé

Je rentre donc en pleine forme, avec un vélo exceptionnel, car il en a vu!!!

Merci à tous ceux qui m'ont aidés dans les moments difficiles (je pense aux Allemands pour mon changement de chaîne de vélo alors qu'il tombait des cordes,  aux Belges en Slovaquie pour l'hébergement improvisé, à d'autres Allemands en Italie pour leur hospitalité)

Je n'oublie pas les deux cyclo touristes Français rencontrés en Slovénie (Jacques et Willy)

A Samedi pour le barbecue

Encore merci

Jean-Marie

Posté par jean-marie08 à 13:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


30 août 2017

90ème étape : Lescar - Tosse. 105km Total kms 8136

Jean-Marie n'a pas dormi beaucoup. Il plie humide et quitte le camping à 7h20 toutes lumières allumées. Il sort de la banlieue de Pau et prend la direction de Orthez. Il fait frais, pas de vent. A Lacq il prend son petit déjeuner; dans les années 50, on y a trouvé une grande poche de gaz, toujours en exploitation.

La traversée de Orthez se passe bien quoique assez longue. Jean-Marie y fait ses courses du matin. Suivent quelques bosses qui l'amènent à Peyrehorade, petite ville toute en longueur où se réunissent les deux gaves, Pau et Oloron. Il mange à la sortie. Ensuite, il prend à droite, direction Saint-Vincent-de-Tyrosse, situé à 20 kilomètres. La chaleur arrive! Jean-Marie traverse l'Adour et arrive dans la localité. Le voilà en pays connu! Il prend la route de Tosse, traverse l'autoroute et c'est enfin l'arrivée. Il est 14 heures. Il a bien roulé. Coralie, Théa, Princesse et moi l'accueillons avec une grande joie. Trois mois d'absence! Il est super content d'être rentré et n'en revient pas lui-même de ce qu'il a fait! En passant sur la balance, il voit qu'il a perdu cinq kilos ... C'est raisonnable.

C'est ensuite le grand déballage. Jean-Marie monte la tente une dernière fois pour la sécher convenablement avant de la ranger jusque ... l'an prochain peut-être? Une bonne douche revitalisante, un cappuccino, et l'évocation de certains moments mémorables de ce long voyage. Le voilà chez lui, heureux.

Quelques chiffres    105km    6h de selle    Moyenne 17,5    Maximum 46,9

 

29 août 2017

89ème étape : Capvern - Lescar. 92km Total kms 8031

Un deuxième orage hier soir pour agrémenter la soirée; Jean-Marie a tout de même dormi un peu. Il plie mouillé et démarre à 7h20 par la route de Tarbes. Il commence sa journée par une longue descente de huit kilomètres et arrive vite à Tournay où il fait ses courses du matin et prend son petit déjeuner. Bien sûr, il paye la descente par une succession de bosses qui finissent par l'amener à Tarbes. La traversée de la ville se fait très facilement; il lui suffit de suivre les panneaux indiquant la direction de Pau.

Jean-Marie surveille son compteur car il approche des 8.000 kilomètres. Quinze kilomètres après Tarbes, une bonne bosse  pour arriver à Ger. Il roule aux bananes et au coca. Le temps est un peu spécial; c'est couvert avec de temps en temps des coups de soleil très chaud. A sa gauche, les Pyrénées se découpent avec la dominante du Pic du Midi qu'il se contente de regarder cette fois comme le lui a si bien conseillé Théo.

A 10h30, Jean-Marie passe dans les Pyrénées Atlantiques. Pau est en vue avec 8000 kilomètres! Jean-Marie mange rapidement avant la ville. Malgré une petite appréhension, la traversée se fait relativement bien. Il trouve le village de Lescar assez facilement. Ensuite, il faut deviner où se trouve le camping; les panneaux existent mais ils sont rares! Enfin, il y arrive à 14 heures. Personne à la réception; ça ouvre seulement à 15 heures... en réalité, pas avant 16h .... C'est la fin de la saison, il y a du relâchement! L'ennui, est qu'il y a des barrières ... Mais un homme très aimable sort de la piscine et donne le code d'accès à Jean-Marie.

Il s'installe puis se rend à la réception pour s'enquérir du prix à payer. Il aurait voulu une bonne bière, mais hélas, le bar est fermé ce soir pour cause de rupture de stock. Ce soir, le temps est encore à l'orage.

Quelques chiffres    10,20€    92km    5h15 de selle    Moyenne 17    Maximum 49,3

 

Note de service : comme après chaque voyage de Jean-Marie, je vais imprimer le livre du blog. Afin de ne pas avoir de surplus, j'aimerais savoir qui cela intéresse. Vous pouvez me le faire savoir par les commentaires ou en contactant l'auteur (clic tout en haut à gauche) . Merci de votre compréhension. Régine.

 

 

28 août 2017

88ème étape : Rieux-Volvestre - Capvern. 92km Total kms 7939

Plus de peur que de mal hier soir, la foudre est tombée sur un arbre près de la piscine; Jean-Marie a assez bien dormi. Comme il n'y a pas d'herbe, la pluie a transformé le terrain de camping en véritable bourbier. Ce matin, il nettoie au mieux une tente boueuse avant de la plier. A 7h25, il quitte le camping et se tape une grimpette à 11% pour en sortir, moitié en pédalant, moitié en poussant. La journée commence bien! Mais, il fait bon, Jean-Marie est en tenue légère, lumières allumées. A Saint-Julien-sur-Garonne, il achète son pain et des croissants qu'il avale sur place en guise de petit déjeuner.

A Boussens, il achète des bananes; il a tout ce qu'il lui faut pour midi, il n'a plus qu'à rouler. A dix heures, la chaleur arrive et sera torride dans l'après-midi. A l'entrée de Saint-Gaudens, il prend le ring, ce qui lui évite la traversée de la ville. Il est onze heures, ça roule bien, malgré quelques casse-pattes, faux-plats méchants.

A Montréjean, il décide de manger. Il profite de cette pause pour sortir tout son matériel afin de l'exposer au soleil pour qu'il sèche. Le linge, lui, a séché sur les tendeurs en roulant. C'est ainsi les lendemains de pluie! Il est sur un emplacement neutre en bord de route, non loin d'un Lidl. Il est le point de mire de tous les passants! Les gens doivent se poser des questions! Enfin, tout sèche très vite et Jean-Marie a vite fait de reconditionner son vélo.

Il prend ensuite la direction de Lannemezan, en passant par Pinas. La traversée de la ville va très vite; il se dirige alors vers Capvern, son point de chute. A l'entrée du village, il voit un LeaderPrice et s'arrête pour faire ses courses du soir. Puis, brusquement, une énorme pancarte affiche un camping à ... 20 mètres! On est presque dedans quand on voit la pancarte!!! Il est 15 heures. Le camping est quasi vide et, quel bonheur, il y a de la belle pelouse! Et aussi un chien qui ne quitte plus Jean-Marie!

Il est maintenant dans les Hautes-Pyrénées; il aperçoit le Pic du Midi.
Au moment de notre communication, le tonnerre gronde, puis, la pluie arrive ...
Il n'y a rien au camping, si Jean-Marie veut une bière fraîche, il doit aller au village, à 500 mètres. Il y a une boulangerie qui fait aussi des pizzas et qui vend des boissons fraîches.

Quelques chiffres    10€    92km    5h53 de selle    Moyenne 15,6    Maximum 49 

27 août 2017

87ème étape : Alzonne - Rieux-Volvestre. 112km Total kms 7847

La nuit a été très chaude et Jean-Marie n'a pas pu dormir beaucoup. Il plie sec ce matin et démarre à 6h40, il fait encore nuit. Le boulanger de Alzonne ouvre ses portes au moment où Jean-Marie passe, il sera son premier client en ce dimanche. Il achète son pain et deux croissants. Il fait bon, Jean-Marie est en débardeur et le petit vent est favorable. Bonnes conditions pour commencer sa journée. Il arrive très vite à Castelnaudary où il prend son petit déjeuner, en l'occurrence, les deux croissants, pour changer un peu des barres de céréales. Dans cette ville rien n'est ouvert à part les boulangeries. Jean-Marie s'arrête donc dans une station service pour s'approvisionner en liquides, le solide ayant été acheté hier.

Jean-Marie continue sa route vers Toulouse qu'il devra éviter à tout prix. A Villefranche-de-Lauragais, il quitte son itinéraire pour se diriger vers Auterive. Le terrain change; cette fois, ce sont bosses et descentes. A Auterive, il s'arrête dans un abri-bus pour manger. Cet abri-bus se trouve à proximité d'un passage à niveau. Celui-si se ferme et un train passe.
Laissons passer le train et le passage à niveau s'ouvrir ... ... ...
Une dame à vélo s'approche de Jean-Marie. "Bonjour monsieur, j'étais dans le train et j'ai aperçu votre vélo; il se fait que je suis moi aussi cyclotouriste." La discussion s'engage donc plusieurs minutes au bout desquelles, Jean-Marie donne sa carte à cette charmante personne qui promet de venir voir le blog. Alors, madame, bienvenue parmi tous les fans de Jean-Marie et ne manquez pas d'ajouter un commentaire qui ne pourra que lui faire plaisir. Merci à vous.

Bien repu, Jean-Marie reprend sa route vers Saint-Sulpice-sur-Lèze puis Capens. Là encore, il faut prendre une décision sur la route à suivre. Le kilométrage étant déjà conséquent et ne voyant aucun camping de signalé, il décide de m'appeler. Heureusement, je suis à la maison! Je consulte la carte et lui renseigne un camping vers Rieux-Volvestre, plus au sud. C'est ok, il s'y rend. Il y arrive à 16h15 sous une chaleur terrible. Il y a peu de monde, Jean-Marie s'installe comme il peut sur un coin de terre, l'herbe faisant terriblement défaut. Il prend sa douche et, comme il n'y a rien au camping, même pas une buvette, il se rend en ville pour boire une bière bien fraîche et rédiger son journal de bord.

Peu avant 19 heures, un terrible orage éclate. Le tonnerre en même temps que l'éclair! La boule de feu tombe sur le camping à une trentaine de mètres de sa tente. La pluie transforme les alentours de la tente en vrai bourbier. Jean-Marie reste bien calfeutré et au sec; lorsque les éléments seront calmés, il jettera un coup d'oeil pour se rendre compte des dégâts. La pluie n'arrête pas de tomber et en plus, il fait chaud. Belle nuit en perspective!
A 19h30, l'orage remet ça et un vent violent se lève. Comme je le disais à Théo, j'espère qu'il n'y aura pas trop de dégâts cette nuit. Même dans un camping, lorsqu'il y a des arbres, on n'est pas à l'abri d'une branche cassée, voire d'un arbre déraciné. Mais bon, ne pensons pas trop à ça! Souhaitons seulement qu'il n'en sera rien!

Quelques chiffres    9€    112km    7,02h de selle    Moyenne 15,9    Maximum 60,6

 


26 août 2017

86ème étape : Vias - Alzonne. 127km Total kms 7735

Jean-Marie a peu dormi; ce matin, il plie sec malgré quelques gouttes qui sont tombées hier soir. Le temps est couvert lorsqu'il démarre à sept heures. Il fait encore presque nuit donc, il allume toutes les lumières; elles resteront allumées toute la journée. Dans un premier temps, il contourne Béziers par les petits villages de vignobles comme Sérignan et Lespignan. Il prend son petit déjeuner à Vendres. Il se rapproche de Narbonne, fait ses courses du matin à Coursan.

A Villedaigne, il est sur l'itinéraire recherché. Le vent est favorable et il en profite. Il traverse Lézinian-Corbières; il est de nouveau dans les Corbières, région qu'il affectionne particulièrement. Partout, les vendanges ont commencé ... à la machine. Jean-Marie a goûté une grappe, le raisin est excellent. Il laisse sur sa gauche Moux et Douzens et arrive à Capendu où il s'arrête pour manger très rapidement.

Vient ensuite la traversée de Carcassonne qui se fait sans aucun problème; c'est la troisième fois que Jean-Marie traverse cette ville à vélo: en 2008, 2013 et cette année. Le vent devient aussi infernal que la circulation; il est tourbillonnant mais dans l'ensemble, il reste assez favorable. Beaucoup de voitures sont chargées de vélos; on sent la fin des vacances, la désertion des plages. Le soleil fait son apparition.

Jean-Marie arrive à Alzonne un peu avant quinze heures, heure d'ouverture du camping. C'est un petit camping privé de quatorze emplacements. Il y a quatre vélos chargés, mais au contraire de Jean-Marie, les autres (ne) font (que) le canal du Midi ... Ils restent ébahis lorsque Jean-Marie leur dit d'où il vient!

Le vent est très violent. Impossible de monter la tente ... Jean-Marie la leste d'énormes pierres afin de pouvoir la monter. Cela me rappelle une étape que nous avions fait en 2015 à Vézelay, à nous deux, nous avions eu toutes les difficultés pour monter notre tente ... Alors, quand on est seul dans de tels cas, ce n'est vraiment pas évident. Après sa douche, Jean-Marie va faire ses courses au village en prévoyant pour deux jours car demain c'est dimanche.

Quelques chiffres    12,20€    127km    7h de selle    Moyenne 18,1    Maximum 43,8

25 août 2017

85ème étape : Lunel - Vias. 107km Total kms 7608

La nuit est torride, Jean-Marie dort assez mal et se lève très tôt. Il plie sec et quitte le camping à 6h40 toutes lumières allumées. Le soleil n'est pas encore levé, cependant, il fait déjà (ou encore!) chaud, Jean-Marie est en débardeur malgré l'heure matinale.
Il file sur La Grande-Motte; alors qu'il veut continuer sa route vers Carnon-Plage, celle-ci est interdite aux vélos, ce qui l'oblige à traverser La Grande-Motte où il fait ses courses du matin. Il arrive à trouver une Voie Verte qui va le conduire à Palavas-les-Flots. Il emprunte ensuite une quatre voies autorisée aux vélos qui frôle Villeneuve-les-Maguelone et un peu plus loin, la maison d'arrêt. La quatre voies continue plein sud en direction de Frontignan; c'est long mais ça roule bien. Le temps devient menaçant, il essuie quelques gouttes sans plus. L'environnement est très agréable, mais, quelle désolation de voir les bas-côtés de la route, véritable poubelle publique!

A Frontignan, Jean-Marie décide de continuer sur Sète qu'il traverse un peu difficilement; il doit se renseigner plusieurs fois pour trouver la Voie Verte extérieure de l'étang de Thau. Là, le vent lui est favorable et ça roule très bien.
Un cycliste arrive à sa hauteur et commence à lui parler. C'est un ancien directeur de prison. Il interroge Jean-Marie sur son voyage; Jean-Marie lui explique ce qu'il fait et son mode de vie; il précise que ce n'est pas la première fois qu'il fait ce genre de chose. Le monsieur, est très intéressé et surtout impressionné et admiratif au su de l'âge de Jean-Marie. Ce dernier lui donne sa carte avec l'adresse du blog.

Après la traversée de Marseillan-Plage, Jean-Marie arrive assez péniblement à Agde car on dévie les vélos sur une piste infâme, faite de caillasse, à peine praticable; les cyclistes présents manifestent leur mécontentement.
A Agde, Jean-Marie mange et fait ses courses du soir. Il reprend la route vers Béziers. Il traverse Vias; un peu plus loin, un camping est signalé. Pensant qu'il frise les cent kilomètres, Jean-Marie décide de s'arrêter là. Il est 14h30. Il est super bien installé; dans l'immense espace réservé aux tentes, il est seul .... il dispose d'une table et de chaises ainsi que d'un plot pour l'électricité ... c'est le grand luxe!
En face de lui, une marchande de fruits et légumes lui apporte un complément de vitamines!

Quelques chiffres    10€    107km    6h15 de selle    Moyenne 17,1    Maximum 40,8

 

24 août 2017

84ème étape : Mouriès - Lunel. 85 km Total kms 7501

La nuit a été chaude et Jean-Marie a assez bien dormi tout de même. Il plie sec et c'est avec l'éclairage qu'il démarre ce matin à sept heures; le soleil se lève à peine. Il traverse Mouriès où il fait ses courses du matin. La chaîne des Alpilles se rapproche dangereusement! Il prend son petit déjeuner à Maussane-les-Alpilles. A neuf heures, il entre dans Arles et butte sur l'autoroute à la sortie. Il lui faudra cinquante minutes pour en sortir; il rencontre deux autres cyclistes qui vont aux Saintes-Maries-de-la-Mer, pris au même piège. Ils se concertent, étudient la carte. Pour finir, Jean-Marie prend plein est par la route de Saint-Gilles. C'est alors que l'orage éclate; il n'a que juste le temps de s'équiper! Mais cela ne dure pas; le temps restera menaçant.

Jean-Marie mange à Vauvert après être passé dans une grande zone de vignobles, les Côstières de Nîmes, appellation contrôlée. Sur la route de Lunel, la circulation est absolument infernale! Il y a bien une bande cyclable, mais c'est si peu de chose! Il fait ses courses du soir à la sortie de Andron. Il arrive à Lunel à 14 heures, voit un camping et décide de s'arrêter là. Il s'installe, prend sa douche puis part en reconnaissance pour trouver sa route de demain.

Cet après-midi, il fait une cure de fruits et légumes. C'est fou les cultures maraîchères et les vergers qu'il y a dans cette région.
Il a franchi le Grand Rhône à Arles et le Petit Rhône avant Saint-Gilles. Il a traversé le département du Gard et est maintenant dans l'Hérault.

Quelques chiffres    12€    85km    4h52 de selle    Moyenne 17,4    Maximum 46,7 

23 août 2017

83ème étape : Manosque - Mouriès. 107km Total kms 7416

Nuit calme et blanche pour Jean-Marie qui plie sec et démarre à 7h10. Il fait bon. Il rejoint Manosque puis se dirige plein sud dans un premier temps. A Saint-Paul-Les-Durance, il bifurque et prend plein ouest; il traverse Mirabeau puis ça grimpe un peu jusqu'à La Bastidonne avant la grande descente vers Pertuis, ville assez importante où il prend son petit déjeuner et fait ses courses du matin. Il passe entre la montagne du Luberon et la chaîne des Alpilles.

Après Mérindol, il reprend au sud et traverse la Durance; c'est ensuite un petit désert où se trouve une forêt d'oliviers. Il y a aussi beaucoup de culture de fruits et de légumes. Il mange à Lamanon et fait ses courses du soir à Eyguières. Des Alpes de Haute Provence, il passe dans le Vaucluse puis dans les Bouches du Rhône. Il fait bon cet après-midi, le vent est favorable.  Peu avant le village de Mouriès situé au fond de la vallée, un camping à la ferme est annoncé.  Jean-Marie s'y rend. Il fait deux kilomètres sur un plateau pour y arriver à 14h30. C'est mignon, tranquille, une dizaine de personnes. Il se renseigne et s'installe. Un frigo est mis à la disposition des campeurs. Très bon accueil; le patron lui offre une bière bien fraîche.

Quelques chiffres    5€    107km    6h de selle    Moyenne 17,9    Maximum 42,7

22 août 2017

82ème étape : Gréolier - Manosque. 112km Total kms 7309

La nuit a été froide et Jean-Marie a assez  bien dormi; il plie sec et démarre à sept heures alors que le soleil se lève. Il fait très frais. A Tallard, il prend son petit déjeuner et fait ses courses du matin. Il reprend la route plein sud; il n'y a pas de vent et ça roule bien. Il suit le cours de la Durance et est bientôt à Sisteron qu'il traverse sans problème. La circulation sur les routes secondaires se fait au gré de l'autoroute, payante ou pas ....

Au lieu-dit La Brillanne, il fait ses courses du soir. Le vent se lève contraire mais pas trop fort. La chaleur est bien présente aussi. Jean-Marie arrive au petit village de Volx où un camping est signalé; il est perché sur un piton. Lorsque Jean-Marie y arrive, il se renseigne d'abord sur le prix .... 22,10€ ... Sans équivoque, la réponse arrive : non. Il redescend donc et reprend son itinéraire jusqu'à Manosque. Il est très bien renseigné par un résident local ; le camping est en dehors de l'agglomération et est bien signalé. Il est 15h30 lorsqu'il y arrive. L'accueil est super et on l'installe sur une parcelle ombragée. La chaleur est terrible mais la bière est fraîche!

Avant La Brillanne, Jean-Marie a le privilège de passer au pied du village de Lurs qui lui rappelle l'Affaire Dominici des années cinquante.

Quelques chiffres    16,55€    112km     6,21h de selle    Moyenne 17,6    Maximum 44,3 

Jean-Marie et moi vous remercions tous pour vos encouragements.