France et Europe à vélo

20 août 2017

81ème étape : Jausiers - Gréolier. 59km Total kms 7079

La nuit a été très froide à Jausiers, il paraîtrait qu'on a frôlé la gelée à 1400mètres ... l'altitude de Jausiers! Jean-Marie a mal dormi. Il plie .sec, prend son petit déjeuner, s'habille en long et démarre dans le froid à 7h50. Il prend la direction de Barcelonette. Le soleil se montre timidement par dessus les montagnes; il ne fera pas chaud avant onze heures.
Il descend la vallée de l'Ubaye dont il apprécie l'incroyable beauté; quelques cascades spectaculaires agrémentent le décor. Jean-Marie a très froid, surtout aux doigts. A la sortie de Barcelonette, il voit un petit super-marché ouvert et y fait ses courses pour la journée.

Au lieu-dit Le Lauzet-Ubaye, il rencontre un cycliste avec un vélo chargé. Ils s'arrêtent et discutent un peu. Cet homme vient de Hyères et rentre chez lui à Dijon. Ensuite, Jean-Marie décide de prendre l'itinéraire sud du barrage de Serre-Ponçon, mais il doit passer un col, le Collet, avec ses belvédaires incroyables sur le lac. Ça monte bien. Puis, c'est la descente sur La Bréole où il compte stopper. Le camping est situé sur un piton ... un kilomètres à 10% pour y arriver! Il connaît pour s'y être arrêté en 2008. A la réception, on lui demande 21€ ... Il refuse; il ne va pas dépenser une telle somme pour une nuit! Il redescend donc les 10% et poursuit sa route. Il mange un peu avant un grand tunnel qu'il passe sans problème; il est maintenant en vue d'un grand pont sur la Durance, en direction d'Espinasses. Un camping est annoncé juste avant, à Gréolier. C'est petit, peu peuplé et familial ... Et le prix abordable : 10,50€ la nuitée! La moitié du prix de La Bréole. Il est 13h30 lorsqu'il s'installe et consacre son après midi à quelques reconnaissances. C'est un très bel endroit pour le repos. Il compte donc y rester deux nuits.

Demain donc sera jour de repos! le premier depuis son départ!

Quelques chiffres    59km    3h44 de selle    Moyenne 16    Maximum 48


19 août 2017

80éme étape : Cueno - Jausiers. 94 km Total kms 7114

La soirée d'hier s'est passée à discuter avec les voisins de camping autour d'un verre. Ils viennent du Cantal et ont prit plaisir à parler avec Jean-Marie. La nuit a encore été chaude et Jean-Marie n'a pas beaucoup dormi; le stress pour la dure journée à venir? allez savoir. Il plie sec, se présente vers sept heures à la réception .... Rien n'est prêt ... La journée commence bien! Enfin, il est environ 7h10 lorsqu'il est libéré ... On lui a compté 8€ au lieu des 14 annoncés hier, alors soyons compréhensifs!

Il passe à Borgo qu'il doit traverser; il se renseigne car le pancartage n'est pas au top. Enfin, le voilà sur la SS21 qui doit le mener au col. A Moiola, il trouve une épicerie ouverte; il y achète des bananes et du coca en suffisance pour la montée. Il prend son petit déjeuner avant de repartir vers Vinadio. Mine de rien, la route est longue et relativement plate. Mais à Vinadio, les choses se compliquent. Il est déjà  dix heures et le compteur marque 36 km.

L'ascension commence; Jean-Marie doit passer plusieurs petits tunnels (environ 150m); il garde l'éclairage pour l'instant, ne sachant pas ce qui l'attend. Le pourcentage est encore acceptable. Après Petraporzio, il commence à manger; il ne fera pas de halte et mangera dans la montée au fur et à mesure de ses besoins. Une véritable muraille naturelle annonce un tunnel de 830 mètres, éclairé mais sans cyclable et, bien sûr, en montée. Jean-Marie se sent tout petit dans l'enclavement de ces montagnes gigantesques. Enfin, c'est l'arrivée très dure à Argentera. Mais le pire est encore à venir, car ce seront vingt lacets qui rappellent à Jean-Marie la fin du Stelvio.

Le vent se lève, contraire. Pourtant, le col est encore loin. Jean-Marie grimpe au courage; le soleil tape, un peu atténué par le vent. Il traverse une zone pastorale près d'un lac, où les bêtes (vaches, ânes, mulets, etc...) sont en liberté. Le col est à deux kilomètres. Après un ultime effort de volonté et de courage, il y arrive enfin. Il est 14h15 et domine maintenant la région à 1991 mètres d'altitude. Il y boit une bière, m'envoie un sms et fait un film. Il lui a fallu 4h15 pour y arriver! De plus, il est le seul vélo chargé! Au cours de la montée, il a reçu les félicitations, les applaudissements et les encouragements de nombreuses personnes. Cela fait chaud au coeur.

Profil du col :

 

C'est ensuite la grande descente vers Larche et Jausiers où il arrive à 16h15. Très bon accueil dans ce petit camping qu'il connaît bien. C'est là qu'il a rencontré nos amis bretons Thierry et Gisèle en 2008. Aujourd'hui, ce camping est quasi plein, mais il reste tout de même de la place et Jean-Marie est bien installé. Il prend une douche bienfaisante puis va faire ses courses du soir et passe à la pharmacie.

Quelques chiffres 9,20€    94km    7h04 de selle    Moyenne 13,3    Maximum 46,7

18 août 2017

79ème étape : Agliano-Terme - Cuneo. 110km Total kms 7020

Jean-Marie prend une seconde douche juste avant de se coucher, histoire de se rafraîchir. En effet, il fait très chaud et la nuit se révélera torride. Cependant, il a assez bien dormi dans sa tente ouverte à tout vent. Ce matin, il plie sec et il fait beau lorsqu'il démarre à 6h35. Dans un premier temps, il retourne sur ses traces d'hier, passe à Isola d'Asti et file sur Alba. Il prend son petit déjeuner à Bra, dans la banlieue de Alba. Pour arriver dans la ville haute, il faut grimper du 10%, mais ça monte bien. Il y trouve un Penny où il fait ses courses du matin. Il est dix heures et il fait déjà 22 degrés ... Ça promet!

Rien à signaler entre Alba et Fossano. Jean-Marie traverse cette ville assez laborieusement, en cause de nombreux travaux. Il y arrive tout de même et roule vers Cueno. Il s'arrête entre temps dans un petit village pour manger; il a trouvé un peu d'ombre sur les marches de l'église. Un homme s'approche de lui et lui demande s'il veut se servir de ses toilettes .... Ils discutent un peu.
Vient ensuite la traversée de Cueno; c'est une ville assez grande, très belle avec ses nombreux viaducs qui enjambent les cours d'eau. La ville, toute en longueur est agréable car très arborée donc ombragée. A la sortie de la ville, il voit un Lidl et, toujours prudent, ne sachant pas ce qu'il va trouver plus loin, il fait ses courses du soir. Que des produits qui se conservent bien vu la chaleur ambiante. Le thermomètre frise les 40°!

Aujourd'hui, il a roulé entre des villages perchés sur les hauteurs dont certains ont mérité une photo. Il passe les 7000 kilomètres à Cueno, peu avant le camping signalé. Compte tenu du kilométrage, après quelques reconnaissances, il décide de s'arrêter là. Il est déjà 15 heures. Camping assez peuplé mais pas trop. Le paiement se fera demain matin; comme Jean-Marie veut partir assez tôt, ça l'énerve un peu et il le dit au gérant. Celui-ci lui dit que le bureau est ouvert à sept heures ... alors ça va!
En effet, si tout se passe bien, demain, il sera en France!

Juste avant de m'appeler, il prend une deuxième douche ... Il y en aura certainement d'autres avant la nuit!

Quelques chiffres    14€ - 6 = 8€    110km    7h de selle    Moyenne 16

 

17 août 2017

78ème étape : Garbagna - Agliano-Terme. 109km Total kms 6910

Hier soir, Jean-Marie était la bête de cirque du camping. Il était seul cycliste mais pas seul français. On lui a posé beaucoup de questions sur son voyage, on a voulu voir son vélo. Enfin, il regagne sa tente à la brune. Il mange en nocturne à la lueur du lampadaire. Pas besoin de berceuse! Il tombe comme une masse sur son matelas et s'endort illico. Ne se réveille que ce matin! Chose extrêmement rare, il me dit : "j'ai très bien dormi"! Doit-on s'étonner après l'étape d'hier?

Ce matin, au réveil, il serait bien resté un peu à rêver, mais bon, il savait qu'il avait encore de la route à faire. Il s'est donc forcé pour se lever. Il plie sec et démarre à sept heures; il fait beau. Il lui faut moins d'une heure pour rallier Tortona à 22 kilomètres! Il prend son petit déjeuner avant de se lancer sur la route d'Alessandria qu'il traverse carrément. A la sortie, il se trouve exactement où il voulait, face à Asti où il arrive à midi, les courses du matin ayant été faites un peu avant. Il mange à la sortie de cette ville sur la route de Alba. Ça chauffe dur! 35° à midi au thermomètre d'une pharmacie.

Depuis hier, il est dans une région de vignobles. Eh oui, le célèbre vin pétillant italien, l'Asti .... 
Par ailleurs, il remarque de nombreux jeunes gens noirs sur des vélos tous identiques, sans doute fournis par le pays. D'autre part, des femmes noires font le trottoir ouvertement le long des routes. Beaucoup de jeunes noirs mendient aux portes des magasins. Au fait, l'Italie croule sous le flux des migrants.
Jean-Marie remarque aussi que la saison est bien avancée; le raisin est mûr et les noix également (on en vend beaucoup dans les commerces locaux).

A Isola d'Asti, Jean-Marie s'arrête dans un bistrot afin de se renseigner sur la présence d'un camping dans les environs. On lui en signale un à une quinzaine de kilomètres, à Agliano-Terme, le camping Le Fronti. Il reprend donc la route vers cette agglomération et arrive au camping vers 14 heures, sous 38°!
Il installe sa tente puis file vers Montegrosso pour faire ses courses du soir,  les tarifs au bistrot local étant très élevés. Heureuse initiative car il découvre une magnifique petite ville perchée. Il ne manque pas de prendre plusieurs photos.

Arrivé tôt, il peut profiter de l'après-midi pour prendre un repos bien mérité.

Quelques chiffres    15€    109km    6h30 de selle    Moyenne 16,7

 

 

 

16 août 2017

77ème étape : Cremone - Garbagna. 146km Total kilomètres 6801

Tout est calme dans le parc, Jean-Marie s'installe à la belle étoile, par terre, sur la bâche. Il dort en pointillés dans cette nuit chaude. Levé tôt, il démarre à 6h30. Il passe le Pô et prend la direction de Piacenza où il fait ses courses du matin et prend son petit déjeuner. Il fait chaud, pas de vent, ça roule bien. A la sortie de la ville, une déviation dont Jean-Marie ne tient pas compte, mais il déchante vite et doit revenir sur ses pas pour prendre la direction de la déviation. Mais voilà, un premier panneau pour signaler cette déviation, et, après ... démerde-toi! Il perd beaucoup de temps, se retrouve dans un champ, doit porter tant bien que mal son lourd vélo pour en sortir et regagner son itinéraire.

Lorsqu'il fait chaud, l'hydratation est importante; Jean-Marie me dit avoir bu au moins trois litres durant cette journée. Il arrive à Stradella où il s'arrête dans une station service qui fait bistrot. Il mange et se paie un coca glacé. Dans cette ville, il fait ses courses du soir au lidl. Sur sa carte, un camping est signalé à Casteggio. Lorsqu'il arrive dans cette agglomération, il ne voit aucun panneau. Il se renseigne ... Le camping est fermé!

Encore sur sa carte (mais peut-on s'y fier maintenant?) un camping est signalé à Tortona. Il reprend donc la route, traverse Voghera et arrive à Tortona où le camping est bien indiqué. Jean-Marie commence par suivre les pancartes puis, croisant un couple de cyclistes il se renseigne. Très aimablement, on lui répond que le camping est à 22 kilomètres, dans les montagnes, mais c'est relativement plat pour y arriver ajoute-ton.

L'heure est arrivée où il faut prendre une décision ... 22 kilomètres ... il est déjà 16h30 ... Le compteur marque 126 kilomètres ... Que faire? La fatigue commence à se faire sentir. Jean-Marie pense qu'hier, il n'a pas pu recharger ses appareils ... alors il décide d'y aller. Vaillamment, il remonte sur son vélo et prend donc la direction de Garbagna, tout petit bled situé dans la vallée de la Grue, enclavé dans la montagne. Oui, c'est relativement plat pour arriver au bled, mais pour gagner le camping, il faut grimper du 10%! C'est terrible en fin de journée! Enfin, il est passé 18h30 lorsqu'il y arrive!

Le camping lui-même est tout en hauteur. Jean-Marie est "logé" tout en bas et il doit se rendre aux sanitaires, tout en haut! !
Il monte sa tente vite fait, grimpe aux sanitaires, prend sa douche et fait sa petite lessive qui n'aura certainement plus le temps de sécher complètement, puis, s'installe sous une tonnelle où il y a table et chaises, pour rédiger son cahier. Il s'offre aussi une bière bien fraîche et certes bien méritée!

Quelques chiffres    10€    146km    8h48 de selle    Moyenne 16,5  


15 août 2017

76ème étape : Revere - Cremone. 122km Total kms 6655

Hier soir, Jean-Marie n'a vu personne; il a donc mangé tranquillement et s'est couché. La nuit très chaude ne lui a pas permis de profiter pleinement de ce repos. Ce matin, lors du pliage, il sent un frôlement sur sa jambe; en baissant les yeux, il voit le petit chien noir qui vient lui dire bonjour; cela le touche beaucoup. Le maître n'est pas loin, il offre une tasse de café à Jean-Marie qui apprécie pleinement.
Après de touchants adieux, il quitte ce lieu où il a été si bien reçu. Il est 6h45 et il fait déjà très chaud.

Jean-Marie traverse le Pô et passe à Ostiglia où il a fait ses courses hier. Il prend ensuite la direction de Mantova; il n'y a pas de vent, ça roule bien. Prévoyant une grande étape, il mange les barres de céréales tout en roulant. A Mantova, il trouve un magasin d'alimentation Family ouvert. Il en profite pour parfaire ses courses pour la journée.
Il prend ensuite la direction de Cremone, plein ouest. Ça chauffe dur. les kilomètres s'ajoutent aux kilomètres. Jean-Marie s'arrête dans une station où il mange à l'ombre. Il est à une quinzaine de kilomètres de Cremone. Il consomme beaucoup de boissons cet après midi tant la chaleur est forte.

Arrivé à Cremone, il voit tout de suite le panneau indiquant le camping près du Pô. Il suit la direction et compte environ une vingtaine de panneaux; il longe un grand parc bien aménagé puis il arrive à destination. Mais ... sur le dernier panneau, le mot "camping" est scotché ... En effet, un simple coup d'oeil sur l'endroit explique tout ... Le camping est à l'abandon et cela depuis déjà un bon bout de temps!  C'était fatal! Bravo! Merci les italiens!

Que faire maintenant? Il est 14 heures. Déjà bon nombre de kilomètres au compteur. Jean-Marie fait alors demi-tour. A l'entrée du parc, il remarque une borne-fontaine. Il s'arrête, se déshabille et commence à se laver. Des flics passent et le regardent sans rien dire .... De toutes façons, Jean-Marie avait des arguments à leur présenter s'ils avaient fait une remarque. Il a pris soin de prendre les panneaux en photo. Donc, il se lave, fait sa petite lessive qui séchera en à peine une heure sur le vélo et sous le soleil ardent. Pendant ce temps, Jean-Marie est au bistrot. Il retournera au parc ce soir pour se trouver un banc... Ça devient une habitude!

Les alentours ne sont pas très propres, il traîne des déchets de toutes sortes un peu partout. Mais bon, pour une nuit sur un banc, ce n'est pas grave. Comme chaque fois que cela arrive, nous espérons qu'il ne sera pas dérangé durant cette nuit.
Le hic est qu'il ne peut pas recharger ses appareils ...
A Mantova, il a acheté une bière San-Miguel fabriquée à Burgos .... Ce sera pour ce soir.

Quelques chiffres    122km    6h38 de selle    Moyenne 18,3

14 août 2017

75ème étape : Ferrara - Revere. 79km Total kms 6533

Hier soir, vers 23 heures, un vigile noir, à vélo, muni d'une lampe électrique, est venu réveiller Jean-Marie qui, pour une fois dormait bien! Il venait le prévenir du risque de vol de vélo. Le gérant en avait déjà parlé. Ils escaladent le grillage avait-il dit. Jean-Marie montre alors son système de cadenas avec alarme; le vigile trouve cela très bien. C'est énervé que Jean-Marie se recouche, mais il a tout de même assez bien dormi. Ce matin, le vélo est toujours là! Il plie sec, prend son petit déjeuner et passe à la réception à huit heures pour régler sa nuitée. Il fait très beau; A Ferrara, Jean-Marie fait ses courses du matin.

Il prend ensuite la direction générale de Mantova. Il traverse Bondeno puis Sermide où il mange. Il arrive à Revere et butte sur le pont du Pô. Le camping repéré sur la carte n'est signalé nulle part. Un cycliste arrive et renseigne Jean-Marie. Ce n'est pas facile à trouver. Il pense être arrivé mais trouve la grille fermée et une pancarte "privat" accrochée bien en vue .... Pffff qu'est-ce encore! Un type arrive auquel Jean-Marie explique sa situation. Très aimable, le type lui dit qu'il peut rester.

En fait, c'est un ancien camping racheté par un couple d'allemands d'environ cinquante ans. C'est donc devenu une propriété privée. Jean-Marie pense qu'ils accueillent encore des campeurs à l'occasion. C'est assez marrant; les sanitaires sont installés dans un camion. On lui offre une bière très fraîche que Jean-Marie apprécie extrêmement. Il est 13h15; Il installe sa tente lorsqu'il entend qu'on l'appelle ... On l'oblige presque à manger une excellente omelette au lard!

Ensuite, avant la douche, Jean-Marie file en ville faire ses courses du soir. Pour trouver des commerces, il doit traverser le Pö et aller jusqu'à Ostiglia; c'est par là qu'il commencera sa journée demain. Dans l'après midi, Jean-Marie voit le propriétaire et lui demande combien il doit pour le camping. Rien lui répond-il ... Juste merci! Jean-Marie est un peu gêné; un tel accueil et ne rien devoir ... Il se demande aussi comment cela va se passer ce soir .... Et si on l'invite à souper? A cet effet, il a acheté une bonne bouteille de vin; on ne sait jamais.

Il fait chaud ce soir; une deuxième douche juste avant de m'appeler lui fait du bien. Il a vu des photos de ce camping avec des pêcheurs qui ont pris des silures de 2,65 mètres de long! Il est à quelques mètres du Pô.

Quelques chiffres    79km    4h38 de selle    Moyenne 15,8

13 août 2017

74ème étape : Mira - Ferrara. 125km Total kms 6454

Jean-Marie a assez bien dormi. Il plie humide, prend son petit déjeuner et, dans la chaleur matinale, en petite tenue, il se met en route à 7h55. Passage à la réception oblige ....
Ça roule bien. A Piova il trouve un magasin Family ouvert. Comme c'est dimanche, il n'hésite pas à y faire ses courses pour la journée et faire des provisions de boissons pour la route. Il fonce ensuite sur Cavarzere; la chaleur est assoiffante, les jus de fruits ne font pas long feu. Il roule ainsi jusqu'à Adria puis se laisse guider par les panneaux indiquant "Ferrara". Il s'arrête à Papozze dans la banlieue de Braglia pour manger.

Repu, il remonte sur son vélo. Que la route est longue! A part les cultures, il traverse un petit désert. Il n'y a rien! Le ruban de la route, droite et plate, est monotone et n'en finit pas. Jean-Marie ne sait parfois même pas où il est.
A hauteur de Canaro, il remarque un bar, tout seul, ouvert. Il s'arrête pour boire un coca bien frais. Ça lui donne un bon coup de fouet! Il est à 17 kilomètres de Ferrara. C'est sous un soleil implacable qu'il traverse le Pô; il lui faut encore rouler pas mal pour entrer à Ferrara. Le camping est signalé mais il est loin. Une quinzaine de panneaux et un nombre indéfini de rond-points plus loin, voilà enfin le camping. C'est le camping municipal; le receveur parle français. Il y a le camping, point final .... rien d'autre! la cahute de la réception et c'est tout! heureusement que Jean-Marie a tout prévu ce matin!

Il est 16 heures lorsqu'il s'installe puis il file en ville pour aller boire une bière bien fraîche qu'il apprécie énormément!
Ce soir, le ciel est voilé et un petit vent se lève. Mais auparavant, le linge a bien séché! C'est l'essentiel.
Longue étape, certes, mais tout va bien.  

Quelques chiffres    13,50€    125km    6h53 de selle    Moyenne 18,1

12 août 2017

73ème étape : Caorle - Mira. 104km Total kms 6329

Hier soir, alors que Jean-Marie s'installe, un jeune homme avec sac à dos s'approche de son squat. Ils se disent bonjour comme ils peuvent. Sur ce, le jeune sort deux bières bien fraîches de son sac et en offre une à Jean-Marie puis ... disparaît!
La nuit étoilée a veillé sur le bon repos de Jean-Marie. Il est réveillé vers cinq heures du matin par des camions qui installent une brocante sur ce qui était hier encore un vaste parking. Plus question de dormir. Il remballe ses affaires, prend son petit déjeuner et quitte son parc à 6h30.

Comme hier, il prend la direction de Venise. Il fait frais, il n'y a pas de vent, ça roule bien. Vers 11h30, il est aux portes de Mestre. Venise est à six kilomètres. Il se dit que ce serait dommage d'être aux portes de cette illustre ville sans s'y rendre. La circulation est terrible. Le passage pour s'y rendre est gigantesque. Il y a une double route, deux voies de chemin de fer, et une cyclable/piétonnier. Le tout sur cinq kilomètres. Les trains se succèdent à une vitesse incroyable; les avions se posent et décollent de l'aéroport très proche. C'est spectaculaire et quasi indescriptible.  
Jean-Marie emprunte une passerelle en bois et arrive sur place. Films et photos sont de rigueur. Il mange à Venise, ville sur pilotis, et observe la vie sur place et les embarcations de toutes sortes.

Il retourne ensuite à Mestre qu'il traverse difficilement; il lui faudra demander plusieurs fois sa route pour prendre celle de Mira. Il fait ses courses du soir au Lidl de Marghera, banlieue de Mestre. Il arrive au camping Serenissima de Mira à 15h20. Il est bien installé et surtout, apprécie la douche! Comme bien souvent dans ces régions, le paiement se fera demain matin ... Le bureau ouvre à 7h45.

Quelques chiffres    16,50€    6h21 de selle    Moyenne 16,3

Anecdote  : En cours de route, Jean-Marie trouve un portable avec la puce; un peu plus loin, il trouve la batterie, un peu plus loin encore, le reste du boîtier. Il remonte le tout et l'essaie ... il fonctionne. Il l'emporte sans savoir trop bien ce qu'il va en faire. Une dizaine de kilomètres plus loin, il voit une voiture de carabiniers, il s'arrête et leur tend le portable en donnant tant bien que mal des explications. L'étonnement se lit sur le visage des policiers; ils remercient vivement Jean-Marie, promettent de faire des recherches. Ils vont même jusqu'à arrêter la circulation pour permettre à Jean-Marie de reprendre la route.

11 août 2017

72ème étape : Sistiana - Caorle. 127km Total kms 6225

La nuit de Jean-Marie n'a été que cauchemars ... Très mal dormi donc. Encore un orage mais pliage sec ce matin. Il fait déjà bon à 7h55 lorsque Jean-Marie franchit la porte du camping. Il trouve à acheter une carte assez rapidement. Il traverse Montfalcone où il prend le temps de faire ses courses du matin puis prend la direction générale de Venise en suivant la route du littoral, bien qu'elle ne longe pas celui-ci. Ça roule bien ce matin, le vent est favorable. Jean-Marie fonce donc, s'arrête à Latisana pour manger puis gagne Portogruaro où il sait trouver un camping.

Il sillonne la ville, de droite à gauche, du nord au sud et ne trouve rien. Après une heure d'errance, non sans s'être renseigné plusieurs fois, il s'avère qu'il n'y a rien. Il faut aller sur la côte. C'est à une vingtaine de kilomètres; c'est faisable malgré le temps perdu dans cette recherche. Prudemment, Jean-Marie fait ses courses du soir avant de reprendre la route. Hélas, le vent devient contraire ... Il arrive à Santostino où il bifurque vers le littoral. Il roule encore une vingtaine de kilomètres plein sud pour arriver à Caorle.

Des campings, il y en a! Jean-Marie, confiant, se présente à la réception d'un premier; on lui dit que tout est complet ... Un autre camping un peu plus loin où il reçoit la même réponse ... Et un troisième, idem ... Il a beau parlementer, rien n'y fait.
Jean-Marie en a marre ... Il est déjà 18 heures! Il se rend au centre ville où il compte rester; il y a là un mini parc avec des bancs et un peu de pelouse. Il attendra la nuit pour s'installer sur un banc, à la belle étoile. Si, par hasard, la pluie se manifeste, il pourra encore monter sa tente sur un coin d'herbe. Il est trop tard pour chercher un point d'eau, donc, ce soir, pas de toilette ni de lessive ...

Le bord de l'Adriatique lui rappelle Constanta sur la mer Noire ... La pompe à fric marche au maximum! Jean-Marie a un peu pitié des "pauvres" touristes qui se font déplumer! Jamais je ne donnerai ma place pour la leur me dit-il.
Il fait beau ce soir; sur sa route, au cours de la journée, il a pu voir les dégâts de l'orage d'hier soir. De nombreux panneaux pliés, voire cassés, des arbres déracinés, des branches cassées partout. Les équipes de nettoyage sont en alerte et la police est présente un peu partout pour régler la circulation.

Jean-Marie a un peu peur de regarder son compteur ... Vu l'heure tardive à laquelle il s'est arrêté ... Il le faut pourtant bien!  

Quelques chiffres    127km    7h42 de selle    Moyenne 16,5

Espérons qu'il passera tout de même une bonne nuit et surtout, qu'on ne viendra pas le faire déguerpir ....