La nuit a été très chaude et Jean-Marie n'a pas pu dormir beaucoup. Il plie sec ce matin et démarre à 6h40, il fait encore nuit. Le boulanger de Alzonne ouvre ses portes au moment où Jean-Marie passe, il sera son premier client en ce dimanche. Il achète son pain et deux croissants. Il fait bon, Jean-Marie est en débardeur et le petit vent est favorable. Bonnes conditions pour commencer sa journée. Il arrive très vite à Castelnaudary où il prend son petit déjeuner, en l'occurrence, les deux croissants, pour changer un peu des barres de céréales. Dans cette ville rien n'est ouvert à part les boulangeries. Jean-Marie s'arrête donc dans une station service pour s'approvisionner en liquides, le solide ayant été acheté hier.

Jean-Marie continue sa route vers Toulouse qu'il devra éviter à tout prix. A Villefranche-de-Lauragais, il quitte son itinéraire pour se diriger vers Auterive. Le terrain change; cette fois, ce sont bosses et descentes. A Auterive, il s'arrête dans un abri-bus pour manger. Cet abri-bus se trouve à proximité d'un passage à niveau. Celui-si se ferme et un train passe.
Laissons passer le train et le passage à niveau s'ouvrir ... ... ...
Une dame à vélo s'approche de Jean-Marie. "Bonjour monsieur, j'étais dans le train et j'ai aperçu votre vélo; il se fait que je suis moi aussi cyclotouriste." La discussion s'engage donc plusieurs minutes au bout desquelles, Jean-Marie donne sa carte à cette charmante personne qui promet de venir voir le blog. Alors, madame, bienvenue parmi tous les fans de Jean-Marie et ne manquez pas d'ajouter un commentaire qui ne pourra que lui faire plaisir. Merci à vous.

Bien repu, Jean-Marie reprend sa route vers Saint-Sulpice-sur-Lèze puis Capens. Là encore, il faut prendre une décision sur la route à suivre. Le kilométrage étant déjà conséquent et ne voyant aucun camping de signalé, il décide de m'appeler. Heureusement, je suis à la maison! Je consulte la carte et lui renseigne un camping vers Rieux-Volvestre, plus au sud. C'est ok, il s'y rend. Il y arrive à 16h15 sous une chaleur terrible. Il y a peu de monde, Jean-Marie s'installe comme il peut sur un coin de terre, l'herbe faisant terriblement défaut. Il prend sa douche et, comme il n'y a rien au camping, même pas une buvette, il se rend en ville pour boire une bière bien fraîche et rédiger son journal de bord.

Peu avant 19 heures, un terrible orage éclate. Le tonnerre en même temps que l'éclair! La boule de feu tombe sur le camping à une trentaine de mètres de sa tente. La pluie transforme les alentours de la tente en vrai bourbier. Jean-Marie reste bien calfeutré et au sec; lorsque les éléments seront calmés, il jettera un coup d'oeil pour se rendre compte des dégâts. La pluie n'arrête pas de tomber et en plus, il fait chaud. Belle nuit en perspective!
A 19h30, l'orage remet ça et un vent violent se lève. Comme je le disais à Théo, j'espère qu'il n'y aura pas trop de dégâts cette nuit. Même dans un camping, lorsqu'il y a des arbres, on n'est pas à l'abri d'une branche cassée, voire d'un arbre déraciné. Mais bon, ne pensons pas trop à ça! Souhaitons seulement qu'il n'en sera rien!

Quelques chiffres    9€    112km    7,02h de selle    Moyenne 15,9    Maximum 60,6