Bonsoir à tous.

Jean-Marie a peu dormi car la nuit a été ponctuée d'averses. Ce matin, après un coup d'éponge, le matériel est encore bien humide pour le pliage. C'est toutes lumières allumées que Jean-Marie prend le départ à huit heures.

Le temps étant très incertain, il a pris soin de protéger son bagage avec un sac à gravats.
Il n'y a pas de vent. Jean-Marie s'engage sur la route de Sabres qui est excellente. Arrivé à Sabres, il fait ses courses du matin au proxi local et y prend son petit déjeuner composé de trois barres de céréales. Eh oui, il a abandonné l'avoine ... Les barres sont plus facile à transporter qu'un paquet d'avoine.

Il s'engage ensuite sur la route de Trensacq; la circulation est intense, il s'agit d'être très prudent.
La route pour rejoindre Sore est un peu moins bonne et se signale par une longue traversée du désert. En effet, sur trente kilomètres, il n'y a rien! même pas un hameau!
Jean-Marie parvient à Sore à midi, au moment où une grosse averse arrive. Il se réfugie sous une immense tente dressée sur la place de la mairie, qui doit certainement servir pour un événement municipal quelconque. Il profite de cet abri pour se restaurer.
Puis, c'est l'accalmie et même l'apparition du soleil. Jean-Marie en profite pour se remettre en route vers Saint-Symphorien. La route qu'il emprunte est excellente.

Il passe dans le département de la Gironde et remarque au passage que la forêt de pins, encore assez dense il y a quelques années, a encore diminué; partout, de grands affouages sévissent.
Jean-Marie arrive au camping de Saint-Symphorien à 13h30. Ce sont de nouveaux patrons, très sympathiques. Il s'installe en prenant garde de ne pas être sous un arbre (on annonce encore des orages), prend sa douche et traverse la route pour aller faire ses courses à l'intermarché qui se trouve juste en face du camping.

Il profite de la douceur du temps de cet après-midi pour se reposer et rédiger son journal de marche.

Distance 71km    temps de selle 4h38    moyenne 15,3   

Bonne soirée et bonne nuit à toi Jean-Marie et à vous tous aussi qui le suivez. Régine.